Communicateur

Agrandir le chat .
Effectifs de l’Agence
  • Tiraveth Feudenuit (GM)
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Communauté
Wildstar JDR

Le JDR : Termes et Co

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le JDR : Termes et Co

Message  Tiraveth le 17.06.13 15:21

Tout d'abord, un peu de terminologie pour comprendre tout ce qui viendra ensuite :

- Rôleplay = Jeu de Rôle en anglais. Il est "passé" dans la langue française en apportant une nuance. Un "jeu de rôle" est devenu, en abus de langage, le support de jeu (exemple : les livres dongeons et dragons, warhammer, les jeux vidéos comme baldur's gate, oblivion, etc).

Roleplay, lui, est devenu "action de faire du jeu de rôle". Mais bon, ne vous prenez pas la tête, on vous comprendra même si vous vous plantez, surtout que ce sont, je répète, des abus de langage.

- HRP = Hors Rôleplay. Donc, c'est tout ce qui est en dehors de l'activité de faire du jeu de rôle. Les précisions hrp sont donc des précisions où vous n'incarnez pas votre avatar, où vous donnez des informations qui soient sont sur le contexte, l'univers, le fonctionnement, soit totalement sans rapport.

- IC et OOC : In Character et Out Of Character. Termes anglais pour signifier « j'incarne mon personnage » et « je n'incarne pas mon personnage ». Ainsi, une précision HRP est toujours OOC. Par contre, si vous dîtes, par exemple « bande de salauds, je vais tous vous crever », si c'est IC, et donc du RP, vous jouez votre personnage qui pète un câble. Si c'est OOC, donc HRP, alors vous, joueur, êtes en train de péter un câble envers d'autres joueurs, ce qui n'est pas excusable.

- Background : Venant là encore de l'anglais, cela signifie deux choses. L'histoire du personnage ainsi que le « contexte », l'environnement d'où il vient. Un background est donc tout ce qui entoure et créé le personnage. Là d'où il vient, ce qu'il a vécu, ce qu'il est devenu, son caractère, son physique, etc.

- Avatar, Personnage, Joueur, Rôliste, Personnage Joueur (PJ) et Personnage Non Joueur (PNJ) : Un personnage, tout le monde sait ce que c'est. Il en existe dans toutes les histoires, qui sont plus ou moins importants, qui durent plus ou moins longtemps (genre le serveur que vous allez croiser un soir ne sera ni important ni persistant dans un livre).

Un avatar est un personnage très particulier : c'est LE personnage que VOUS allez incarner, jouer, mimer, comme au théâtre. On peut donc aussi parler d'incarnation, mais là, certains songent de suite aux incarnations divines.

Un joueur, c'est vous, moi, n'importe qui, à l'exception près que ce joueur peut être ou non un rôliste (joueur qui joue aux jeux de rôle).

Un personnage joueur, c'est un personnage qui va être joué par un ou plusieurs joueurs. Ils peuvent donc être des avatars à temps plein ou temporaires. Quoi qu'il en soit, ce sont toujours les joueurs qui s'en chargent.

Les personnages non joueurs, eux, sont gérés par des IA dans le cas des jeux vidéo, sinon par un MJ, Maître du Jeu. Ici, c'est Anono avec les pirates, par exemple.

Bien ! Maintenant, commençons...

Tiraveth
Aimé

Messages : 33

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le JDR : Termes et Co

Message  Tiraveth le 17.06.13 15:31

Qu'est-ce que le Rôleplay / Jeu de Rôle ?

En simplifié, on pourrait dire du théâtre...

Mais attention ! Pas du théâtre comme on voit à la télé ! Plutôt du théâtre qu'on lit dans les pièces de théâtre, justement !

Comprendre par là que comme on ne vous voit pas gesticuler bêtement devant votre écran, on ne peut pas devenir ce que vous faîtes (ce qui est parfois une bonne chose, remarquez). Du coup, on utilise les « didascalies ».

Une didascalie, dans le théâtre, ce sont toutes les indications de déplacement, changements de scènes, etc. Un rôliste de base commence à ce stade : il met le strict minimum, à savoir son attitude, ses actions résumées, ses sentiments, là où il va.

Plus on progresse, plus les didascalies deviennent de réelles descriptions et ne méritent donc plus le terme (une didascalie est courte par essence).

Un exemple vous éclairera mieux.

Voici un joueur qui ne sait pas faire du jeu de rôle :

« Mon perso arrive, il sort son épée et il déchire tout grave ! Ensuite, il vérifie les poches des morts, il pisse sur le gros pas beau qui l'avait insulté, et il retourne se pinter à la taverne ! Ouai ! »

Maintenant, un joueur grand débutant :

« Mon personnage arrive sur place. Il voit le méchant qui l'insulte. Il n'aime pas. Il sort son épée et commence à se battre. Il gagne les combats et en profite pour vérifier les poches des vilains. Ensuite, calmement et fier de lui, il retourne à la taverne où il ira commander une chope de bière naine. »

Un joueur débutant :

Aragorn Dupong, fier chevalier sur son cheval, galopait joyeusement quand un maraud vint lui haranguer sous le nez de vilains propos. Fort mécontent, le preux chevalier sortit son épée magique +12 et, de quelques coups bien placés, coupa en rondelles bien fines les bandits qui osaient sottement le défier. Ensuite, sachant qu'il avait malheureusement des soucis pécuniaires, le fier chevalier remisa sa fierté et vérifia les poches des bandits afin de pouvoir, une fois de plus, passer une nuit à l'auberge et, qui sait, compter fleurette à la belle servante.

On voit déjà que là, il y a une bonne base. Ça peut même paraître « bien ». Sauf que... Que savons-nous du combat ? Du nombre d'ennemis ? De l'endroit où ça se passe ? Du temps que ça lui a pris ?

Les didascalies (« mon personnage arrive sur place », « il voit le méchant qui l'insulte ») sont plus évoluées, mais il manque encore beaucoup de précisions, de descriptions. Néanmoins, on sait ce qu'il se passe et c'est l'essentiel.

Voici un exemple d'une version experte parmi d'autres :

Arthur Desdeuxcollines, noble chevalier endetté, parcourant les routes en quête d'un moyen de remplir sa bourse bien vide depuis qu'une nuit de boissons l'avait percée aussi sûrement qu'un tire-laine, déambulait à cheval, ennuyé, las, engoncé dans son armure trop lourde et odorante pour lui. Cela faisait des semaines qu'il n'avait même pu se payer un bain correct...

Heureusement, le destin vient parfois au secours des hommes de justice !
En effet, alors que notre héros arrivait à un croisement entre deux routes commerciales assez fréquentés, il fut surpris par un groupe de personnages disparates et encore plus puants que lui. Nul doute que ces marauds étaient des bandits de grand chemin et qu'ils tenteraient, les fous, s'ils savaient, de voler le chevalier. Or, il ne restait à ce dernier, d'objets de valeur, que son arme, affutée la veille, héritée de son père, un grand héros de la guerre des deux collines, qui avaient d'ailleurs donné le nom à la lignée qu'il avait ainsi fondée. S'en séparer, ç'aurait été pour Arthur comme de se priver de son âme !

Après quelques échanges houleux, comme il l'avait prévu, le cavalier fut obligé de mettre pied à terre, menacé qu'il était par des archers aussi malhabiles que peu aimables. Blesser son cheval, son seul ami, n'était pas non plus dans ses souhaits...
Arrivé au centre du carrefour, le chef des brigands défia Arthur en lui envoyant une volée de jurons tous plus imagés les uns que les autres, jusqu'à ce que la lame de l'épée de ce dernier vint le faire taire, la gorge tranchée nette.

Le combat qui s'ensuivit fut aussi rapide que chaotique... Les archers, pris au dépourvu, ne purent tirer que quelques flèches, dont certaines se perdirent parfois dans le corps de leurs alliés d'infortune, le soldat émérite n'étant clairement pas du même niveau d'expérience. En moins de deux minutes, l'affaire fut réglée, les sept bandits et leur chef mis au tapis ou en fuite.

Même les combats, il n'y prenait plus goût... Arthur rangea son arme après l'avoir nettoyé afin d'éviter qu'elle ne rouille dans son fourreau puis, de dépit et parce qu'il faut bien se nourrir, pria pour que les défunts aient quelques possessions utiles à récupérer.

Ce soir, peut-être qu'enfin un bain l'attendra...


Maintenant, quelques conseils :

Tout d'abord, si vous voulez faire du rp, il faut que vous ayez une idée d'un personnage. Se jouer soi-même, ça ne marche pas. Que je sache, vous n'avez pas de pistolet laser dans la main droite ni d'armure symbiotique vous protégeant. Donc vous ne pouvez pas être vous-même. Vous ne pouvez que recréer « un vous-même ». Un avatar.

Pensez à son histoire, même courte. Pensez à son apparence, à son caractère.
Un personnage n'ayant pas de description ne peut être remarqué !

Imaginez que vous vouliez jouer un golgoth monstrueusement grand. Si rien ne nous le signale, comment le verra-t-on ?

A contrario, même les personnages les plus insignifiants peuvent attirer le regard s'ils sont bien décrits !

Quand vous communiquez avec un autre joueur, indiquez toujours ce que vous faîtes, vos sentiments visibles, et vos paroles, que vous différencierez clairement (il existe des guillements, des tirets, des couleurs, des italiques, etc, pour ça).
Si vous voulez être complet, vous pouvez aussi indiquer les sentiments et pensées, mais le joueur en face, s'il n'est pas expérimenté, pensera avoir le droit de les réutiliser.

Je vous donne l'exemple parfait suivant, où le joueur A est expérimenté et pas le joueur B :

Joueur A :
Machin Trucmuch réfléchissait à la proposition de TrucBidule, inquiet quant aux possibilités de détournement de l'idée originale. Soit, c'était plaisant, mais les risques étaient trop grands !
Fronçant légèrement les sourcils, Machin soupira discrètement, avant de prendre la parole :
« Je suis désolé, TrucBidule, mais je crois que je vais devoir refuser votre offre. »
Joueur B :
TrucBidule vit Machin hésiter et soupirer, et son sang ne fit qu'un tour :
« Mais non, personne ne détournera mon idée ! On ne peut pas ! J'y ai pensé ! Tout est prévu ! »

Déjà, là, le joueur B voit le A soupirer, alors qu'il avait été discret. Moi, je dis qu'il est très doué...

Ensuite, où est-ce qu'il a entendu que quelqu'un pourrait détourner son idée ? Nulle part, c'était une pensée dans la tête du joueur A. A moins que B soit télépathe, pas à un seul moment il n'a entendu ces mots.


Enfin, dernières règles d'or :

- On ne fait jamais agir un personnage d'un autre joueur sans accord préalable et vérification de l'action par ce dernier

- On n'insulte jamais un joueur en OOC pour une action qu'il a fait IC. Si son avatar a tué le votre, ce n'est pas pour autant que le joueur vous hait et que vous avez à lui cracher votre poison à son visage.

- On se renseigne toujours un minimum avant de se lancer dans une discussion (à quoi ressemble la personne, où elle se trouve, qu'est-ce qu'il s'est passé avant que j'arrive ?). Ca évite de faire des âneries.

- On n'hésite pas à demander en HRP les informations qu'il manque, en précisant que les questions sont, justement, HRP.

Tiraveth
Aimé

Messages : 33

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum